Admin ]
Nous sommes le  vendredi 20 octobre 2017
Vous êtes ici : Accueil  /  Mémoire
L’Hydroplum I
dimanche 11 septembre 2005, par

L’Hydroplum I

L’Hydroplum I dans la baie de St Florent

C’est vrai qu’habitant en Corse (une île entourée d’eau et de monopoles, comme on dit ici !), vivant dans un appartement « les pieds dans l’eau » de surcroît, il était bien tentant de réaliser un hydravion ! D’autres arguments plaidaient en faveur de cette formule : la sécurité tout d’abord, car mon chariot pendulaire n’aurait pas supporté le moindre amerrissage (et encore moins les autres, faits de tubes) , ensuite la possibilité de voler un peu partout en partant de n’importe quelle plage, ce qui fut relativement possible, surtout à l’époque ; il y avait aussi et surtout en moi une très ancienne relation entre l’eau et l’air, une sorte de besoin irrésistible de me trouver dans cet interface à la fois physique et mental . C’est ainsi que, arrivé à maturité, ayant déjà une assez grande expérience en aéronautique, essentiellement héritée de mon père, et également une bonne expérience de la navigation à voile, essentiellement acquise tout seul, je me suis lancé à corps perdu dans l’invention et la mise au point d’engins inconnus alors : les voiliers à hydrofoils. Cette période d’inventions et d’expérimentations, longue et difficile, s’étend de 1963 à 1978, et a donné lieu à un autre ouvrage, purement technique celui-là, qui n’a d’ailleurs pas été publié : il faut dire qu’à l’époque de ma cessation d’activité dans ce domaine, je ne croyais plus guère à la formule, qui a pourtant continué lentement à progresser, mais sans moi.

Or qu’est-ce qu’un voilier à hydrofoils, également appelé "bateau volant ", sinon l’expression parfaite de l’engin naviguant à l’interface eau-air (quoique toujours en contact avec l’eau, à la différence des EKRANOPLANES, ou avions à effet de surface , qui eux ne touchent pas l’eau du tout mais restent toujours au raz de l’eau). L’hydravion donc s’imposait tout naturellement comme le prolongement quasi en continu du voilier à hydrofoils, simplement en volant un peu plus haut ! Les techniques de construction, la bases aérodynamiques et hydrodynamiques étant évidemment les mêmes , il m’était donc relativement facile de passer de l’un à l’autre. Une seule différence fondamentale subsiste : l’un volant beaucoup plus haut que l’autre, les chutes n’ont pas les mêmes conséquences ...un soin beaucoup plus grand devait donc être apporté, tant aux calculs qu’à la réalisation . Heureusement pour moi, le domaine de l’aéronautique était infiniment mieux connu à l’époque (et encore maintenant !) que celui des hydrofoils . En fait, par certains cotés, c’était nettement plus simple :les voiliers à hydrofoils posent des problèmes énormes de stabilité, de manque de puissance, de tenue à la mer, etc..., bien pires que les hydravions, croyez en mon expérience ! D’ailleurs, si l’hydravion était aussi dur à faire voler que les voiliers à hydrofoils, je n’aurais sûrement pas survécu pour rédiger ces lignes !

Ainsi donc, lassé je ne sais pourquoi de mes ballades en Puce-du-Ciel, je mis en chantier le 15 octobre 1982 un hydravion en contreplaqué (toujours cette expérience du voilier !), de configuration dite 3 axes, c’est à dire pourvu d’une queue et de gouvernes classiques . L’étude fut sans doute lancée quelques mois auparavant, mais je n’ai pas retrouvé d’éléments de datation de cette période (il faut dire que je ne suis pas très conservateur, et encore moins "dateur " !) En tous cas, elle n’a pas duré plus de trois ou quatre mois, avec il est vrai des plans tout ce qu’il y a de plus sommaires, à usage purement interne ! je ne réalise en effet des plans détaillés qu’après construction et mise au point, car à quoi servirait de fignoler des plans pour les chambouler complètement ensuite : mes plans actuels sont ce qu’on appelle en Génie-Civil des "plans après exécution " (je les réalise quand même aussi vite que possible, afin de ne pas oublier certains détails). Si la Puce a pu être construite dans ma cave, il n’en était pas de même de l’HYDROPLUM (puisque c’est le nom donné à cet hydravion, avec une allusion subtile à sa légèreté - à la condition de ne pas faire une faute de frappe comme sur un document Américain où j’ai découvert avec horreur HydroplumB, ce qui est une allusion au plomb !). Il fut donc réalisé dans un garage donnant sur la rue principale du village, ce qui me valut pas mal de visites, notamment des enfants du voisinage qui constituent à mon sens de loin les visiteurs les plus intéressants : ce sont d’ailleurs à peu prés les seuls à être véritablement et sincèrement intéressés ; la plupart des adultes se foutent bien de ce que je fais, quand ce n’est pas pour me désapprouver ! Je connais bien des adultes qui, rentrant dans mon atelier, ne font pas plus de cas de l’engin qui s’y trouve que s’il s’agissait d’une brouette ... l’amour-propre en prend tout de même un coup !

La construction ne me prit que 10 mois puisqu’il a été achevé le 15 août 1983 (soit environ 600 heures de travail à raison d’une quinzaine d’heures par semaine). Les essais purent donc être lancés début septembre, ce qui pour un hydravion (il n’était pas encore amphibie à l’époque ), était d’un intérêt évident .

Il convient d’ouvrir ici une petite parenthèse qui mérite bien le détour !

Etant comme chacun sait pilote "émérite " de pendulaire et titulaire du brevet de pilote U.L.M. qui me permettait à l’époque de piloter n’importe quelle machine rentrant dans cette catégorie, je me posais la question de savoir si j’allais passer sans coup férir au pilotage dit 3 axes qui n’avait strictement rien de commun avec le pendulaire, et même à l’inverse par certains cotés . Je crus donc opportun de faire un peu de double commande avec un pilote et un avion d’aéroclub...l’expérience n’excéda pas la demi heure et se borna à une série de virages plus ou moins académiques :« attention à ta bille... ta pente ...ton virage n’est pas bien rond ...etc... » et bien entendu, pas question de toucher au manche pour le décollage et l’atterrissage ; bref, on me fit comprendre que j’étais un bleu intégral (ce qui était vrai, en un sens !) , et que j’en avais bien pour 10 ou 15 heures avant d’envisager d’être lâché ; de cela, il n’en était pas question, j’avais mieux à faire !

Il ne me restait plus qu’à recommencer le coup de l’école en solitaire, avec cependant une petite difficulté supplémentaire : je devais en même temps jouer au pilote d’essai puisqu’il n’était pas question que je confie mon appareil à quelqu’un d’autre pour le premier vol (c’est en tous cas mon point de vue, et de toutes façons, les candidats ne se bousculaient pas ). Heureusement, j’avais construit un hydravion, ce qui me permettait d’envisager :

-  des essais sur un plan d’eau immense, pratiquement infini, toujours plat et dans l’axe du vent (on se souvient des problèmes de vent de travers sur la piste d e Ghisonaccia),

-  en cas de menus incidents ou bavures de jeunesse du pilote ou de l’avion, l’eau reste malgré tout un matelas amortisseur, jusqu’à un certain point bien sûr, qu’il ne fallait pas dépasser.

Cependant, pour être plus tranquille lors de ces premiers essais, je préférais à la mer un plan d’eau de grand barrage (dont j’étais à l’époque le responsable technique, ce qui me facilitait bien les choses), et j’attendis bien entendu une journée sans vent.

Pour ce qui est de la tranquillité, ce fut complètement raté car tous mes copains, à qui je n’avais pu cacher la chose, se donnèrent le mot et étaient tous présents, caméra au poing, plus quelques touristes qui passaient par là ! (en compensation, ça m’a facilité la mise à l’eau et me permet d’avoir une vidéo de ces premiers instants).

Ayant revêtu, à tout hasard, mon gilet de sauvetage et accompagné d’un bateau de sécurité, je m’éloignais donc du bord et gagnais sans peine le bout du plan d’eau pour disposer d’un maximum de place (environ 1800 m, ce qui est quand même mieux qu’un terrain d’U.L.M. courant). A la mise de gaz, les problèmes n’ont pas tardé : une gerbe d’eau, partant des emplantures de mats qui plongeaient dans l’eau, était projetée dans l’hélice, avec un bruit sinistre et une forte baisse de régime : pas même question de passer sur le redan...en attendant, je prenais quand même contact avec mon nouvel engin et ce n’était pas du temps perdu . Rentré au point de départ, je constatais que l’hélice avait perdu un sérieux bout de bord d’attaque, littéralement rongé par l’eau. Une sérieuse révision s’imposait, ainsi que des solutions de protection contre les projections d’eau .

L’hélice fut donc réparée et renforcée d’une couche de fibre de verre. Quant aux projections, mes compétences en matière de voiliers à hydrofoils furent mises à profit sans délai : les bases de mâts immergées furent carénées de façon hydrodynamique, c’est à dire avec un bord d’attaque long et tranchant en tôle, ressemblant un peu à une hache, très agressive pour les tibias, mais très efficace contre les projections d’eau. Ce dispositif à été complété par des petites ailettes déflecteurs placées en avant de l’hélice ( dispositif qui s’est avéré inutile et que j’ai enlevé par la suite )

Une deuxième sortie fut donc tentée quinze jours plus tard, mais les gerbes d’eau restantes (faut pas rêver, il arrive toujours de l’eau dans l’hélice, mais en quantité acceptable) bouffent gaillardement le revêtement en fibre de verre : la fibre de verre n’est donc pas la solution. Mais pendant ces essais, je commençais à mieux sentir mon appareil, et je commençais à accélérer suffisamment pour passer sur le redan, sans pour autant décoller.

La semaine suivante, donc fin septembre, je revins avec une hélice blindée en tôle d’alu. Euréka, cette fois, l’hélice ne bouge plus, et je peux commencer à mettre la gomme : le résultat ne se fait pas attendre et le décollage est rapide, suivi d’un petit palier à 3 ou 4 m de hauteur sur 200 à 300 m, et d’un amerrissage droit devant.... pas brillant du tout : l’appareil touche beaucoup trop vite et rebondit deux ou trois fois avant qu’il se calme. Comme cela se reproduit à chaque fois, au cours de vols de plus en plus longs et malgré mes efforts désespérés pour l’arrondir correctement, je n’insiste pas davantage et décide de rentrer et de réfléchir ( il est bien évident que cette méthode prudente est seule gage de survie : cela mérite bien d’insister lourdement là dessus, et de commencer à tirer quelques règles générales concernant une méthode aussi prudente que possible pour les essais d’avions : je ne manquerai pas d’y revenir aussi souvent que possible).

En analysant calmement les événements, il apparaît tout à fait évident que l’appareil est très fortement piqueur, mais pas du tout instable. Un contrôle approfondi de l’appareil fait apparaître que l’interinclinaison (calage d’empennage) est trop faible ( 1,5 ° ) et donc que le vol horizontal est obtenu en tirant sur le manche, et que l’arrondi ne pouvait être obtenu car la gouverne était en butée arrière. Ce calage est donc porté à 2,5 °, ce qui est beaucoup plus normal.

Par ailleurs, comme les derniers « sauts de puce » commençaient à prendre l’allure de « sauts de kangourou », je voyais arriver le bout du barrage de plus en plus prés et il me fallait envisager un « tour de piste » complet, ce que je trouvais encore un peu hardi... Je décidais donc de déménager vers des cieux plus dégagés, à savoir la mer !

Me voici donc début octobre dans le golfe de St Florent, par une belle journée d’automne, mais comme il fallait s’y attendre, la mer est un peu agitée (50 cm de creux) Tant pis, j’essaye quand même puisque les décollages et amerrissages me sont devenus presque familiers ( je devais bien totaliser 5 minutes de vol, mais cela représentait une bonne dizaine de décollages et amerrissages : toujours l’intérêt du pilotage en solo ! combien de tant aurais-je passé en double commande pour en arriver là ?). Cette fois, j’ai presque l’infini devant moi et je suis bien décidé à en profiter : au premier vol, je monte à une cinquantaine de mètres, puis entame un grand virage à faible inclinaison ( n’oublions pas que c’est pratiquement mon premier virage en 3 axes !). Le nez de l’appareil est toujours lourd et de plus mon contrôle d’inclinaison (des spoilers, qui ne valent pas les ailerons) est plutôt mou . Mais me revoilà au dessus de mon point de départ, il ne me reste plus qu’à réduire et à me poser, mais ça, je sais déjà bien faire, sauf que les vagues aidant, et l’appareil toujours trop centré en avant refuse d’arrondir correctement, avec pour résultat un magnifique « splasch », suivi d’ailleurs de deux ou trois autres ! (heureusement que mon moniteur n’était pas là ).

Décidément, il va falloir agir sérieusement sur le centrage , quoi qu’il m’en coûte .

Après vérification, le centrage est à 24 % , ce qui est nettement trop avant . Pour corriger un peu, je recule la batterie au maximum, ce qui recule le centrage de 2% : c’est peu mais on verra bien !

Le 9 octobre (tiens, j’ai vraiment progressé dans la tenue de mon carnet d’essais : les dates y sont enfin, ce qui montre que je commence à prendre ce carnet au sérieux ) : nouvel essai au même endroit, mais par mer d’huile cette fois : quel plaisir ! Le progrès est très net et je fais prés d’une heure en quatre vols , qui me permettent de noter que le nez est encore trop lourd, et que l’appareil tire nettement à gauche .

Cette fois, il faut y passer : je mets 2 kg de plomb dans la queue (quand je pense aux efforts que j’ai faits pour gagner gramme par gramme !), augmente encore un peu l’incidence et rectifie le calage des ailes d’un micropoil (le micropoil, sous multiple du poil, est une unité très importante dans la famille des constructeurs amateurs, mais que WINDOWS ne connaît pas !)

Le 16 octobre, jour de gloire ! il fait un temps splendide, la mer est d’huile, l’engin est enfin bien réglé et je peux le prêter pour la première fois, pas à n’importe qui : à Roland MAGALON, un des pères de l’U.L.M., qui passait par là et qui, malgré ses 97 kg, réussit deux vols magnifiques, alors qu’il n’avait jamais piloté d’hydravion . Je suis vraiment très fier !

Par la suite, les heures de vol s’accumulèrent vite, sans aucun problème. Je le prêtais à pas mal de gens, mais surtout à mon grand copain Claude, que je n’ai pas encore évoqué ici, bien qu’il ait tant compté pour moi ; j’y reviendrai plus tard.

En relisant mes notes, je retrouve quand même la trace de quelques modifications notables, réalisées essentiellement durant l’hiver 84 :

-  pour compenser le centrage trop avant, les ailes ont été avancées de 7 cm, et bien sûr le lest de queue enlevé
-  l’arbre de transmission a été renforcé
-  une nouvelle hélice et un pot d’échappement de fabrication maison ont été installés, avec un gain très appréciable de performances (gain de 25 % de puissance, le régime passant de 6000 à 6300 tours/mn)

Le 26 mai 84, mon vilain petit canard prend contact avec un nouvel élément qui lui était étranger jusqu’à présent : le plancher des vaches ! Enfin muni de son train d’atterrissage relevable, mon hydravion est enfin devenu un véritable amphibie, ce qui lui donne une toute autre dimension. Me voici de nouveau sur le terrain de Ghisonaccia qui semble décidément avoir été fait pour moi car j’en étais à l’époque presque le seul utilisateur . Ces essais sur la terre ferme ne posèrent aucun problème ; il est vrai qu’ils furent faits par temps très calme et surtout pas avec du vent de travers car mes habitudes de pilote d’hydravion qui ne connaît que le vent dans l’axe de la "piste " m’ont toujours fait redouter ces conditions.

C’est le 2 juillet que je connus ma première panne de moteur, au dessus de l’eau heureusement ! Rentrant d’une promenade au dessus du golfe de St Florent, j’eus l’idée de tenter un record de vitesse au raz de l’eau (disons, vers 1 m d’altitude !) ; c’est ainsi que j’arrivais à l’époustouflante vitesse de 110 km/h ! Mais ce qui devait arriver arriva : le moteur surchauffé grilla une bougie (sur 2) et s’arrêta net ... il ne me restait plus qu’à attendre que la vitesse passe tranquillement de 110 à 50 km/h pour me poser droit devant moi, sur la mer calme . Sur l’eau, j’ai pu démonter ma bougie, mais pas la changer, hélas, car je n’en avais pas à bord ! Il ne me restait plus qu’à rentrer sur un cylindre, en me traînant sur l’eau pendant une bonne heure, mais finalement très fier du remarquable coefficient de sécurité apporté par ma formule .

Puisqu’il est bien connu que les gens heureux n’ont pas d’histoire, et que je n’ai plus rien marqué sur mon carnet d’essais , il me faut bien conclure que cette année 1984 fut particulièrement heureuse. D’ailleurs, la notoriété commençait à poindre, non seulement dans le milieu de l’U.L.M. à la suite des nombreux articles parus dans la presse spécialisée, mais même dans le grand public puisque l’émission THALASSA m’avait consacré tout un sujet (avec un autre hydravion tout de même, le CESSNA à flotteurs de l’Hydro-club d’Ajaccio), tourné en juin 84 dans le golfe d’AJACCIO. Un sujet en entraînant un autre, ce fut ensuite FR3 Corse qui fit sur l’HYDROPLUM un magnifique reportage d’un quart d’heure, tourné en novembre 84, par un temps splendide, dans le golfe de St Florent, où on me voit évoluer en compagnie de Claude sur son pendulaire (celui que Jojo avait planté dans l’olivier !). Il est vrai que c’était l’age d’or de l’U.L.M. et que tous les journalistes étaient à nos pieds...ça a bien changé depuis : "la roue tourne ", comme on dit !

Quelques mésaventures

Mais il me revient à l’esprit quelques mésaventures plutôt comiques qui méritent d’être relatées ici :

Le contact :

Je volais quelque part en plaine, dans la région de Ghisonaccia, à un altitude de l’ordre de 200 à 300 m, quand d’un seul coup...le moteur s’arrête net. Bien entendu, mon premier réflexe est de rechercher d’urgence un terrain pour me vacher ; à cette altitude et en plaine, j’en repère immédiatement 2 ou 3 et, rassuré, il me vient l’idée de tenter de redémarrer : c’est alors que je m’aperçois que le contact était coupé ... je l’avais coupé moi même, par inadvertance, en tripotant quelque chose dans le fond du cockpit ! Autant vous dire que dés le vol suivant, cet interrupteur a été sécurisé, et que je n’ai pas regretté mon démarreur.

Le siège :

C’était en mars 85, il faisait très beau sur le golfe de St Florent et j’attendais un visiteur important. Comme nous avions une ou deux heures devant nous, j’avais confié l’HYDROPLUM à mon copain Claude, certes un peu lourd, mais en qui j’avais toute confiance car il connaissait très bien l’appareil . Mais la mer était agitée , et lors d’un décollage un peu pénible, une roue du train d’atterrissage sortit brusquement , ce qui provoqua une grande gerbe d’eau et surtout un formidable tête-à-queue de l’appareil ; sous cet effort rotatif violent, le siège céda et mon copain se retrouva assis au fond de la coque ! Le voilà donc rentrant tout penaud à la plage ...( bien qu’il ne fut en rien responsable de ce qui s’était passé car c’était à moi de mieux fixer mon train d’atterrissage !) J’avais donc bien encore un avion, mais sans siège et mon visiteur ne devait plus tarder ! Nous nous mîmes aussitôt en devoir de trouver une solution palliative , et je commençais à désespérer quand je trouvais dans une poubelle une vieille caisse à poissons en polystyrène. Pas le choix, c’est cette caisse malodorante, vaguement mise en forme à l’aide d’un couteau et sommairement calée, qui devra servir de siège à mon visiteur, qui venait exprès du continent pour essayer l’appareil . Celui-ci arriva heureusement avec un peu de retard : c’était un éminent pilote de CANADAIR et j’étais très angoissé de son jugement sur mon engin, qu’il ne pouvait que trouver bien sommaire...et en plus, le faire asseoir sur une caisse à poissons, quelle honte ! Mais c’était vraiment un type très bien : non seulement il s’assit sans rechigner sur mon siège de fortune, mais en plus il fit sur mon appareil une remarquable démonstration de pilotage, et se déclara finalement enchanté de son essai ; vous imaginez mon soulagement ! Après la visite de Roland Magalon, c’était le second pilote renommé qui essayait mon appareil avec succès et je commençais à entrevoir une possibilité de développement commercial.

Le miroir :

C’est en juillet 84 que j’eus l’insigne honneur de découvrir les joies toutes relatives du plan d’eau miroir, la terreur des pilotes d’hydravions ( surtout des pilotes de lacs, car le miroir ne se rencontre guère en mer ). Ce jour là j’étais parti de St-Florent pour la Balagne, essayer le plan d’eau du tout nouveau barrage que je venais de terminer. Il faisait un temps splendide et sans un brin d’air, propice, croyais-je, à toutes les fantaisies ! le plan d’eau était heureusement très grand, et à peu prés rond, ce qui permettait toutes les directions d’approche . Je me présentais donc sur la plus grande longueur, calme et décontracté, et préparais déjà un arrondi magnifique en vue d’un kiss-landing qui en mettrait plein la vue aux éventuels spectateurs (en fait, quelques moutons qui paissaient par là )...mais je me rendis compte tout à coup que je ne voyais plus rien que le ciel, où heureusement il y avait quelques nuages : je ne me posais pas sur une surface, j’étais plongé dans l’immensité des cieux et bien entendu je n’avais plus aucune idée de l’altitude où je me trouvais ! surpris, je n’eus pas le réflexe de me chercher des repères terrestres qui pourtant n’étaient pas bien loin , et je me contentais d’attendre la suite des évènements, qui ne tardèrent pas, forcément ! en fait de kiss-landing, je fis le pire amerrissage de ma carrière (ce ne fut pas le dernier, hélas !), touchant l’eau trop vite et sous un angle trop fort : un coup à exploser la coque ! heureusement, la vitesse d’approche relativement faible de l’Hydroplum, alliée à son centre de gravité très bas (vous imaginez ce que cela peut donner avec un Cessna à flotteurs !), m’évita le pire. L’engin fit un formidable rebond, qui me renvoya une fois encore « dans le ciel au milieu des nuages ». Une fois là, même réaction...attendre que ça se passe en touchant le moins possible aux commandes ( ne jamais oublier que les modèles réduits, par exemple , se posent très bien tout seuls, en tous cas beaucoup mieux que les pilotes qui s’affolent !). La plaisanterie s’acheva donc au bout de trois ou quatre rebonds plus ou moins contrôlés, mais avec quand même de belles sueurs froides pour le passager (je n’ose même pas parler de « pilote » en pareil cas ). Après avoir retrouvé mon calme je refis trois ou quatre amerrissages dans ces conditions, avec des succès divers. J’obtins un résultat à peu prés correct en utilisant la méthode de l’ombre : on se place de façon à avoir, de préférence un peu en avant, l’ombre de l’appareil qui se réfléchit sur l’eau ; au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’ombre on commence l’arrondi, qui se termine lorsque l’ombre touche la coque : c’est qu’on est posé ! à mon avis, avec une bonne centaine d’heures de cet exercice, on doit commencer à être bon ! De toutes façons, le miroir est le sujet de conversation préféré des pilotes d’hydravions, ils sont intarissables là dessus et ont chacun leur propre méthode : certains lancent des cailloux dans l’eau pour faire des ronds (à défaut, les gilets de sauvetages, bouteilles et tous objets à portée de main , à l’exclusion des passagers, mais je n’en suis pas sûr), d’autres contrôlent la pente de descente aux instruments, e t c...

Je suis paumé :

C’était en septembre 84, j’étais monté au rassemblement d’U.L.M. de Blois, l’avion sur sa remorque bien sûr ! Après quelques démonstrations sur le terrain, il fallait bien sûr que je fasses une démonstration aquatique et pour cela les organisateurs avaient obtenu, à titre exceptionnel hélas, l’autorisation d’utiliser la LOIRE un peu à l’extérieur de la ville . Pas de problème pour m’y rendre car il faisait encore beau, ni pour la démonstration qui fut sans histoire. Mais au retour, le temps s’était gâté, il pleuvait, le plafond était descendu aux environs de 100 m , et je n’y voyais plus grand chose . Mais où était donc passé ce foutu terrain ?... bien entendu, je n’avais pas de compas à bord, et de plus, je n’avais aucune idée de la direction à prendre : je suis un pilote de ciel bleu, moi ! En fait, je n’étais pas vraiment inquiet car les champs ne manquaient pas : toujours la sécurité de l’U.L.M. ! Cependant, je commençais vraiment à trouver que le vol à vue, c’est très bien à condition d’y voir quelque chose , quand je repérais enfin le terrain, presque à court de carburant .

La grande aventure : mai et Juin 85

Non seulement c’était l’époque bénie de l’U.L.M., mais l’U.L.M. hydravion connaissait son ère de gloire, peut être un peu grâce à moi ! On avait organisé une reconstitution en U.L.M. de la grande course d’hydravions Deauville - Paris de 1913 ! Bien sûr, je me devais d’y participer, bien que ce fusse très loin de mes bases (on a vu plus haut ce que j’étais capable de faire en pareil cas !) . Il se trouvait par hasard que cette compétition se déroulait quelques jours avant le salon de l’Aéronautique du BOURGET , auquel je tenais à participer à des fins évidemment commerciales. Cette conjonction me décida à faire l’investissement en temps et en argent nécessaire, et ce n’est rien de le dire (heureusement, je trouvais pour une fois quelques sponsors qui m’aidèrent à passer ce cap difficile). Je mis donc l’avion sur sa remorque et embarquais le total sur Nice car j’avais une démonstration à faire pour des journalistes à Bandol. Jusque là, rien que de très banal, mais la suite mérite quelques commentaires ! Rendez vous était pris avec les journalistes en début de mâtinée, et le temps était beau ; mais bien entendu ces messieurs sont arrivés en fin de mâtinée et le temps s’était gâté, le vent avait fraîchi et la mer s’était creusée . Et bien entendu, quand on a rendez-vous avec la presse, il est de bon ton d’assurer coûte que coûte ! Voilà ce que je déteste le plus au monde : être obligé de voler, quelque soit le temps ou les circonstances ! c’est certainement une des choses les plus dangereuses qui soient, et l’histoire de l’aviation est hélas jonchée de drames imputables à de telles circonstances.

La démonstration fut donc faite, par une mer très formée avec des creux de 60 à 80 cm, que je n’avais jamais abordés auparavant : en tout cas, la preuve était faite que l’Hydroplum n’était pas qu’un « marin d’eau douce » ! Quant au pilote, il était trempé de la tête aux pieds, et de fort méchante humeur ; mais après tout, les choses ne s’étaient pas si mal passées et j’eus droit à des photos dans VAR MATIN où on se demande si c’est un hydravion ou un sous-marin !

Cette première épreuve passée, je continuais ma remontée sur Paris, et m’arrêtais à Lyon où mon cher Papa m’avait soigneusement préparé l’étape, avec surtout un bon garage pour l’avion car il n’était pas question de le laisser coucher dehors, tout de même . Et là, en rentrant dans le garage, un instant d’inattention et j’accrochais une aile ...pas de la voiture, mais de l’avion, ce qui était infiniment plus grave ! Je me retrouvais avec un gros trou dans le bord d’attaque ce qui, à l’atelier, m’aurait bien pris trois jours de réparation , mais qui, si loin de mes bases et à deux jours du départ de la course, constituait une vraie tuile . Mon Papa s’arrachait les cheveux, lui aussi, mais ça n’arrangeait rien . Au bout d’une ou deux heures de réflexion, la décision de réparer coûte que coûte fut prise et commencée aussitôt, afin laisser le temps de durcir à la mousse de polyuréthane que nous avions injectée dans le bord d’attaque.

Le lendemain, triste constat, la mousse avait trop gonflé, comme toujours, et mon pauvre bord d’attaque ressemblait à une patate. La compétition commençait bien mal, mais il fallait continuer à "monter " sur Paris. Le soir, à Paris, dans un nouveau garage mais avec encore moins d’outillage, il fallait finir la réparation ! Ce fut fait, tant bien que mal, avec de la fibre de verre et de la résine époxy en tube trouvée à l’épicerie du coin. Et le lendemain...la résine n’était toujours pas durcie. Mais tant pis, direction Deauville, cette foutue résine finira bien par durcir ...en fait, elle ne durcira jamais complètement car elle était de mauvaise qualité !

Cette fameuse course se déroulait en deux étapes , et devait se terminer, non pas à Paris, c’était trop beau, mais aux Mureaux, célèbre base d’hydravions de l’entre deux guerres, réhabilitée pour la circonstance, vu qu’il n’y a plus d’hydravions en France depuis bien longtemps, à part les U.L.M. !

J’eus l’idée saugrenue, avant le départ, de modifier un peu mon réglage de carburateur...mal m’en a pris, bien entendu : le décollage, pourtant par beau temps, fut très pénible ; sans doute aussi l’émotion car je n’étais pas du tout habitué à tant de spectateurs, et ma réparation de fortune m’avait beaucoup stressé : on ne fait rien de bon en de telles circonstances. Le vol le long de la Seine jusqu’au plan d’eau du Vaudreuil, première étape, fut un intense moment de bonheur et d’émotion, hélas un peu gâché par quelques ratés du moteur, dus évidemment à mon bidouillage de dernière minute ! Cette première étape était complétée par une épreuve de précision d’amerrissage hélice calée, dont je me sortis plutôt mal, bien sûr, à cause du stress accumulé. Le lendemain, le temps s’était gâté et je décidais d’abandonner car je me fichais complètement du classement et je n’avais plus suffisamment confiance dans mon appareil pour voler dans le mauvais temps. Ce qui m’importait, c’était de participer au salon du BOURGET .

L’Hydroplum I au salon du Bourget Noter sur l’aile droite la réparation du bord d’attaque

Le salon de l’aviation du BOURGET (du 29 mai au 6 juin 1985) : C’était ma première participation au Salon, et ça mérite bien un récit détaillé ! Paradoxalement, la participation à ce Salon ne coûte pas grand chose, tout au moins si on se contente d’un

simple emplacement sur le parking réservé aux avions légers et autres U.L.M. Mais en fait sur le vaste parc d’exposition en plein air, tout le monde cohabite et se mélange joyeusement, à quelques mètres de distance, sans barrières ni ségrégation apparente : les U.L.M. sont ainsi mélangés aux chasseurs Soviétiques, par exemple, qui n’ont pas dû payer plus cher que moi leur emplacement ( par contre, les grands constructeurs Français ou Américains sont magnifiquement installés, avec des stands en dur où on sert du champagne et des petits fours aux invités de marque (mais quelle marque, au fait ?), mais là, ce n’est plus du tout le même prix !).

J’arrivais donc avec ma petite remorque à l’une des portes du salon et après quelques formalités administratives, on me laisse rentrer après m’avoir désigné un emplacement. Sur ce parking immense, entouré d’avions gigantesques militaires ou civils, je commençais à me sentir de plus en plus petit, et je n’étais pas au bout de mes peines ! Alors que les équipes s’affairaient autour de leurs appareils, installant des stands plus ou moins luxueux, je montais, tout seul, mon petit Hydroplum, puis dépliais modestement les deux chaises pliantes que j’avais achetées au Super du coin ...C’était fini, il ne me restait plus qu’à attendre le lendemain l’arrivée des premiers visiteurs (en semaine, rien que des professionnels invités).

Mais comme je désirais faire des démonstrations en vol, il me restait à me faire connaître et enregistrer au Bureau de Piste : je ne doutais de rien, à l’époque !.Là on me délivra, sur présentation du Brevet de pilote U.L.M., une magnifique carte de PILOTE (que j’ai gardée précieusement) et on me convia au premier BRIEFING destiné aux pilotes, dans l’après-midi. Je m’y rendis donc, un peu inquiet tout de même, car je n’y connaissait strictement rien, il faut bien le dire ! Et là, je fus carrément écrasé par mon entourage : il n’y avait que des casquettes où s’empilaient les galons , des pilotes de ligne aux milliers d’heures de vol, des pilotes de chasse de toutes nations, les meilleurs pilotes d’essais des plus grands constructeurs, à qui on expliquait qu’ils ne devaient pas dépasser, dans leur tour de piste de cinq minutes, telle et telle ville de la banlieue Parisienne... alors qu’il m’aurait fallu une bonne heure pour en faire le tour ! Quant au vocabulaire, n’en parlons pas...d’ailleurs, c’était tout en Anglais, par dessus le marché ! En fait, j’étais mort de honte d’avoir osé me mélanger à une telle assistance, et je tachais de me faire oublier autant que possible, ce qui ne fut pas difficile. Mais puisque j’étais là pour voler, tant pis, je m’inscris quand même pour le lendemain, pour un vol de cinq minutes, comme tout le monde, mais à une heure réservée aux avions légers, tout de même !

C’est ainsi que se déroula la première journée, déjà bien fertile en émotions diverses. Le lendemain, j’arrivais bien avant l’heure d’ouverture au public, pour vérifier mon appareil qui avait passé sa première nuit dehors, tout seul au milieux d’une nuée de monstres plus ou moins agressifs...qui ne l’avaient quand même pas mangé. La journée était belle, heureusement puisque je m’étais inscrit pour un vol vers 11 h . Je voyais passer sous mon nez, derrière leurs tracteurs, les F16, MIRAGES F5 , MIG 29 et SUKOÏ 27 , e t c ...et mon moral déclinait à vu d’œil ! Puis vint l’heure des avions légers, et ce fut aux pilotes galonnés de me voir passer en poussant mon appareil à travers tout le parc, et m’installer au bord de la piste en attendant que le préposé me donne, par signe car je n’avais évidemment pas la radio, l’autorisation de décoller. La piste, parlons en : je l’aurais volontiers empruntée en travers pour décoller, bien qu’il ne s’agisse en fait que d’un taxi-way ! mais je me rendis sagement au point indiqué, et décollais au signal car il n’était pas question, bien entendu, de la moindre fantaisie. Mon petit vol de cinq minutes fut sans problème, bien que le vent se fusse sérieusement levé, et évidemment en travers de la piste ! Aussi, à l’atterrissage, je décidais de ne pas prendre de risque inutile et je me posais pratiquement en travers de la piste, bien vent de face comme j’ai toujours fait ! cela ne suscita d’ailleurs aucun commentaire et je regagnais mon emplacement avec un soupir de soulagement. Par la suite, je fis encore deux autres vols de cinq minutes, mais le temps ne fut guère clément et j’en profitais pour ne plus m’inscrire aux démonstrations en vol. D’ailleurs, je m’aperçus que j’avais été presque le seul U.L.M. à voler cette année là.

Dans l’ensemble, la semaine se déroula de façon somme toute agréable, avec comme d’habitude à Paris en juin, une succession rapide de journées caniculaires, puis glaciales et surtout pluvieuses : c’est alors que je découvris l’avantage essentiel de mon aile haute : elle constituait un excellent parapluie, que le public et moi même apprécions beaucoup . Quant aux contacts commerciaux, ils furent sympathiques et je remportais un incontestable succès d’estime...mais sans plus . Je me souviens en particulier de la visite d’un des directeurs de BOEING qui tenait tant à m’aider qu’il corrigea la version Anglaise de mon prospectus, ainsi que celle de Jean ZIEGLER, directeur de l’Aérospatiale. J’étais très flatté mais je n’avais pas trouvé le financier idéal qui aurais pu m’aider à mener à bien le nouveau projet que j’avais déjà dans mon tiroir !

Je ne devais plus voler sur cet appareil avant longtemps, en dehors d’une petite démonstration sur l’aérodrome de Corté, où je fis un gros trou dans le fond de la coque, en sortant de la piste.

J’avais environ 35 heures de vol sur l’Hydroplum.

L’Hydroplum n’eut pas de suites commerciales notables : c’était évidemment un avion d’amateur, disponible uniquement sur plans, et de plus un monoplace, vice quasi rédhibitoire aux yeux du public. Mais je commençais à être bien connu du milieu professionnel et des amateurs : ceci n’était pas sans intérêt. Je vendis quelques plans (une vingtaine jusqu’à ce jour) et un seul appareil fut construit sur ces plans, à ma connaissance, avec au moins un succès incontestable, celui de me faire un excellent ami de son constructeur : Hervé le GALL.

voir aussi ...
du même auteur ...