Admin ]
Nous sommes le  jeudi 24 août 2017
Vous êtes ici : Accueil  /  Mémoire
La découverte
dimanche 11 septembre 2005, par

LA DECOUVERTE

Depuis quelques années déjà, je voyais quelques sportifs téméraires s’élancer sur des pentes plus ou moins abruptes , accrochés sous des ailes rudimentaires faites de toile ( que les sceptiques qualifiaient de "chiffons " !) et de tubes grossièrement assemblés . A priori, l’exercice ne me parut pas très emballant , un peu trop sportif pour moi , et franchement dangereux ... c’était l’époque fort redoutable des premiers DELTAPLANES, dits « rogallo standard », du nom de leur inventeur Francis ROGALLO , ingénieur à la NASA , qui avait inventé ce système dans les années cinquante pour tenter de faire redescendre en plané des morceaux de fusées et autres engins divers. Ces appareils, certes simples et peu coûteux, etaient malheureusement très instables en tangage et manifestaient une forte tendance à la mise en piqué jusqu’au sol... de quoi décourager les plus hardis, dont je ne faisais même pas partie

(JPG)
Moto Delta

Mais en 1980, ayant depuis quelques années épuisé les joies ( et les déboires) de la conception, réalisation et mise au point des premiers voiliers à hydrofoils de France, lassé également des modèles réduits divers, pourtant source de tous les enseignements, je commençais à m’intéresser sérieusement à ces engins volants, qui avaient notablement progressé en sécurité, et qui commençaient à être motorisés, ce qui convenait mieux à ma conception un peu "indolente " de la pratique sportive. La véritable révélation fut pour moi le MOTO DELTA, très jolie machine créée par J.M. Geiser et que je découvris dans la revue PILOTE PRIVE : il s’agissait en fait d’un des premiers U.L.M. pendulaires français (le nom n’existait pas encore !), constitué d’une voilure "Rogallo standard " portée par un très joli chariot tricycle en plastique moulé et motorisé par un petit moteur 2 temps. Cette fois, le vol dont je rêvais depuis longtemps était enfin à ma portée : machine bon marché, repliable, transportable, lente et destinée à ne voler que dans les champs...tout à fait à l’opposé de l’aviation traditionnelle qui ne m’a jamais vraiment attiré, et encore moins la mentalité « Aéro-club » qui allait avec : le genre "j’arrive avec des gants blancs, je monte dans l’avion et je vais faire ma ballade en manipulant un maximum de boutons".

C’est ainsi que fin Décembre 1980, de passage à Paris, je résolus de rendre visite à l’un des premiers constructeurs d’engins ultra-légers dont j’avais déniché l’adresse : il s’agissait de Bernard DANIS, qui exerçait son activité à Maisons-Alfort, banlieue Parisienne, accessible en métro . Je parvins donc en fin de matinée , par un froid polaire, à l’adresse indiquée....où je ne trouvais personne. Une brave dame, cependant, me fit savoir que M. DANIS était allé déjeuner au restau du coin, ce qui me parut une activité tout à fait logique vu l’heure tardive, et elle m’en indiqua l’adresse. J’y découvris donc une fort joyeuse tablée de 5 ou 6 personnes que présidait le susdit DANIS, déjà franchement éméché mais qui m’accueillit aimablement et m’invita à sa table, en attendant d’assister dans l’après-midi à une démonstration en vol de son appareil...là, je commençais vraiment à me demander si je n’etais pas tombé chez les fous ! : quoi, une démonstration en vol, dans la banlieue Parisienne, et par un pilote carrément paf ... ( c’est que le repas fut long, gai et abondement arrosé, et terminé par moult pousse-cafés !)... mais peu importe, j’avais vraiment trouvé une ambiance à mon goût , à mille lieues des Aéro-Club guindés qui m’avaient toujours rebuté...et je n’etais pas au bout de mes surprises, loin s’en faut !

En effet, devant le restau stationnait un gros break portant sur la galerie une longue housse de forme biscornue, revêtue de toile bleue, ainsi qu’un étrange amas de tubes d’où émergeaient deux objets connus : des roues et une hélice !...le doute n’etait plus permis, c’etait bien là l’engin volant (ou prétendu tel !) . Très franchement, je n’aurais jamais imaginé auparavant qu’un avion puisse se ramener ainsi à un tel dépouillement .

Bon, voilà pour "l’avion ", si l’on peut dire ! mais quid du terrain ? pas de problème me dit mon hôte , montez avec moi, il y a un terrain de foot pas loin, c’est là qu’on va !

De fait, en quelques minutes, nous arrivions effectivement au terrain de foot, plus ou moins entouré de maisons, comme on l’imagine dans une banlieue Parisienne, incontestablement très bien adapté pour son utilisation nominale, mais à mon sens beaucoup moins pour l’usage aéronautique que nous comptions lui donner. Mais comme c’etait la journée des surprises, plus rien ne pouvait m’ébranler , d’autant qu’après dépliage et montage du tricycle pendulaire et de son aile, il devint évidant qu’il s’agissait bien d’un monoplace :cela me rassura pleinement quant à mon avenir immédiat car je ne risquais pas d’être invité à aller faire un tour en l’air , ce qui compte tenu de tout ce qui précède commençait à bloquer gravement ma digestion !

Restait à régler le problème du pilote...mais là ce fut une bonne surprise : Bernard DANIS renonçait à monter sur son engin et mit à sa place son fils Jean-Pierre, jeune homme calme et notoirement moins alcoolisé que son géniteur ! Le moteur (un SOLO 210 sans réducteur et au silencieux quasi inexistant ) fut lancé à la main sans problème, sinon un bruit d’enfer qui ravit mes oreilles complaisantes ( en fut-il ainsi des riverains ?...j’en doute, mais à cette époque bénie, tout le monde regardait ces « fous volants » avec sympathie ! comme c’est loin tout ça ...).

Le vol de démonstration fut sans problème : quelques petits tours au dessus du terrain (de foot !), puis retour au bercail et démontage (il est vrai que la température ne se prêtait pas aux grands raids !). Quant à moi, j’etais médusé, transporté, emballé, au moins autant qu’un spectateur venant d’assister en 1906 au premier vol de SANTOS DUMONT à Bagatelle !

Merci DANIS pour cette grande émotion !

De retour en mes pénates Corses et après avoir laissé passer les fêtes, ma décision était prise : je volerai sur un de ces engins (ou quelque chose d’approchant !), et sur rien d’autre ! la liberté offerte par la formule, l’absence totale de réglementation à l’époque, l’absence même d’école de pilotage, tout ça convenait parfaitement à l’anarchiste larvé que j’ai toujours été !...et oui, j’ai bien dit absence d’école de pilotage ! et comment y en aurait-il eu, en l’absence quasi totale de biplace ! (en fait, il commençait à y en avoir quelques uns, mais fort mauvais...voir plus loin). Alors comment apprendre ? dis-je à DANIS. Facile, tu vas sur un grand terrain (un vrai, pas de foot !) tu grimpes sur ta machine et tu mets progressivement les gaz , en ayant soin de ne pas décoller tout de suite...tu roules, tu roules de plus en plus vite en tâtant les commandes (ici, la barre de contrôle). Au bout de quelque temps (combien ? ça dépend !), tu tentes un premier saut de puce , au raz du sol (si tu peux !), puis tu recommences un peu plus haut et plus loin , etc...voilà pour la première leçon de pilotage...il y en eut d’autres, mais guère plus détaillées ! de toutes façons, les vrais pionniers, ceux du début du siècle, n’ont pas fait autrement, et sur des appareils infiniment plus fantaisistes que ceux-là. De plus, j’avais bien quelques notions de pilotage puisque j’avais vaguement piloté quelques modèles réduits télécommandés (en fait, c’est bien plus difficile à piloter qu’un avion où on est dedans ). Conclusion : faudra faire avec !

Mais le plus important, c’est de ne pas rester seul dans ces exercices . Me voilà donc, début Janvier 1981, à la recherche d’éventuels amateurs locaux tentés par l’aventure. Je suis incapable de me rappeler par l’entremise de qui j’ai été mis en rapport avec Jojo , mais ça n’a pas été long . Le dénommé Jojo, autre félé d’aviation, au moins aussi enthousiaste que moi , me reçut donc dans son somptueux bureau, et le "courant " passa immédiatement entre nous. Lui aussi cherchait des partenaires pour tâter de ces nouveaux engins, qu’il avait été voir, lui aussi, mais sur un terrain de la côte d’azur . Mais par contre, il avait une notable avance sur moi dans la recherche de partenaires, car il en connaissait déjà deux autres, Lucien et Francis...(comment les avait-il dénichés ?). la fois suivante, nous nous retrouvâmes donc quatre passionnés et les discussions prirent vite de l’ampleur et de l’animation !

Restait à trouver un appareil, et heureusement le choix n’était pas énorme à l’époque : en France, il existait bien déjà trois ou quatre constructeurs , plus quelques produits d’importation. Quelques coups de fil et deux vendeurs se proposaient de venir nous faire une démonstration chez nous, en Corse (c’est dire que malgré tout, les clients ne se bousculaient pas, alors !).

Roland Magalon sur le premier tricycle

Fin Janvier, nous vîmes donc arriver Chayroux, muni de son appareil, un QUICKSILVER (Américain) tout neuf . Nous avions bien entendu déjà repéré quelques terrains soit disant "propices ", tout au moins à nos yeux (en fait, des champs un peu dégagés et dépourvus de bestiaux) , et notre "spécialiste " en sélectionna un, qui s’avéra très correct puisqu’il devint notre terrain principal pendant longtemps et qu’il sert toujours. L’avion fut monté, non sans peine, en une bonne heure...mais qu’importe le temps, quand on a la foi et la passion ? (le Quicksilver a la configuration d’un avion classique, avec un empennage et une gouverne de direction, mais son pilotage est essentiellement pendulaire, le pilote étant assis sur une sellette suspendue sous l’aile au centre de gravité, le gouvernail étant actionné par des câbles rattachés à cette sellette ; en tout cas, pas facile à monter, vu le nombre de « ficelles » et autres boulons !). Nous, les élèves pilotes, nous regardions tout cela, bouche bée (mais pas fermée pour autant !).

(JPG)
Roland Magalon sur le premier tricycle

Vint le premier décollage... magnifique, facile, suivi d’un vrai vol de démonstration grandiose : à l’atterrissage, l’affaire était faite, nous gardions l’avion ! Mais quand même, pour le principe, notre vendeur décidait de nous épater encore un peu plus en faisant un autre vol : décollage très court, montée très, très courte, décrochage vers 10 m de hauteur et crash impressionnant ! il ne restait plus de notre bel appareil qu’un gros tas de tubes tordus, et heureusement un pilote indemne mais fort dépité ! Il ne nous restait plus qu’à aider notre pauvre ami à remballer son matériel...mais ce n’était pas encore fini avec lui, car il avait encore dans sa camionnette un autre appareil !

Le lendemain donc (car les jours d’hiver sont courts) et sur un autre terrain, notre ami nous sortait son « Joker » : un appareil pendulaire de marque VELIPLANE, du genre de celui de DANIS, mais biplace cote à cote et bimoteur !.( deux SOLO 210 dans le dos, ça fait du bruit !) Là, ça devenait plus sérieux, si j’ose dire : en effet, plus question de rester bien tranquille, les mains dans les poches, à admirer les "exploits " en tous genre de notre démonstrateur ; il fallait monter avec lui, ce qui, avouons le, changeait tout ! Nous n’étions pas loin de tirer au sort, lorsque notre pilote désigna lui même la première "victime " comme étant le plus léger : ce fut donc notre ami Lucien à qui revint l’honneur du premier essai de décollage...1ere tentative : roulage plein gaz jusqu’au bout du champ ... et freinage énergique au raz des barbelés. 2eme, puis 3eme tentatives tout aussi infructueuses...Lucien pâlissant chaque fois un peu plus sous son casque ! et ce fut donc sur ce nouvel échec que notre pauvre ami Chayroux dût remballer son matériel et repartir bredouille .

(JPG)
Quick silver pacific wings

Exit donc le seul biplace du moment : il nous restait donc à nous dépatouiller tous seuls avec un monoplace ! Le Dimanche suivant (on ne s’embêtait pas, à l’époque !), nous voyons débarquer François GOETALS et Mike de GLANVILLE, champions reconnus de deltaplane et qui créèrent par la suite la société AVIASUD, accompagnés de Mme de GLANVILLE, pilote également. Changement de terrain : nous avions repéré à Ghisonaccia un ancien terrain d’aviation, un vrai, mais de la dernière guerre et désaffecté depuis !

L’équipe nous déballe deux appareils : un FLEDGE PTERODACTYLE (aile volante Américaine à moteur Cuyuna , appareil performant mais pas pour les débutants) et un HIWAY (pendulaire Anglais à moteur Valmet , appareil d’école idéal , monoplace bien sûr !) Mme de GLANVILLE nous fait une très belle démonstration du FLEDGE...et tombe en panne de moteur juste en bout de piste :atterrissage brillant entre 2 rangs de vigne, pratiquement sans aucune casse : Bravo Madame ! La démonstration du HIWAY fut sans histoire : un bon appareil, simple, motorisé par un petit moteur de 10 CV seulement, mais réducté, ce qui n’était pas le cas des 2 moteurs SOLO de 14 CV du biplace évoqué plus haut, d’où le manque manifeste de poussée.

Donc nous gardons le HIWAY mark1, après une sérieuse (mais théorique) séance d’initiation au pilotage pendulaire assurée par François (1), à l’issue d’un bon et cordial repas (ou peut être avant, c’est préférable !). Le total, tous frais compris et avec un lot de pièces détachées indispensables, nous est facturé 16.000 F ...même à l’époque, ça ne faisait pas bien cher, surtout divisé en 4 ; que nous sommes loin, maintenant, de ces tarifs !

(JPG)
Mike de Glanville et le chariot Buggy de Hiway

Mike de Glanville et le chariot Buggy de Hiway Ce pauvre François, charmant garçon et pilote émérite, devait se tuer quelques années plus tard en essayant une aile volante de sa conception, qui avait déjà tué son frère . Que Dieu ait son âme et celle de ses parents .

voir aussi ...
du même auteur ...